Archive for the ‘Guitare’ Category

Fender Ron Emory Loyalty VSB Parlor

Samedi, août 10th, 2013

Fender Ron Emory Loyalty VSB ParlorJe cherchais pour les vacances une guitare de voyage. Donc un instrument qui soit petit, lĂ©ger, solide et pas trop cher pour ne pas flipper dès qu’il prend un scratch. Étant donnĂ© que je joue beaucoup de blues, je me suis logiquement orientĂ© vers un modèle Parlor.
La guitare Parlor, littéralement guitare de salon par opposition à la guitare de concert, est un instrument de taille réduite qui fut très populaire entre la seconde partie du XIXème siècle et la première moitié du XXème, et qui fut joué par des musiciens tels que Robert Johnson.

Le problème est que, m’y Ă©tant pris au dernier moment, je me suis retrouvĂ© limitĂ© dans le choix des modèles. En fait je pensais plus ou moins Ă  la CP-100 de Fender, mais je ne l’ai trouvĂ©e nulle part (ou du moins elle n’Ă©tait pas immĂ©diatement disponible). J’ai donc fait un petit effort financier, et me suis rabattu sur la Loyalty finition vintage sunburst (VSB).

C’est donc un modèle Parlor: petite caisse (47×34x9.5 cm), diapason court (63 cm d’après Fender, mais j’ai mesurĂ© 61 cm) et manche collĂ© Ă  la hauteur de la 12ème case (au lieu de la 14ème sur une folk standard). La longueur totale est de 97 cm.
La finition sunburst, verni brillant, est rĂ©ussie dans le genre vintage annĂ©es 30: pickguard style Ă©caille de tortue, filets crèmes doublĂ©s d’un motif Ă  chevron. La table est en Ă©picĂ©a laminĂ© (du contreplaquĂ©e  donc),  le fond et les Ă©clisses en acajou laminĂ©, le manche en acajou et la touche en palissandre. Le laminĂ© ne se bonifiera pas au cours du temps (contrairement Ă  du massif), mais c’est solide et ça ne devrait pas bouger.
Il y a un barrage est en X.
Les mĂ©caniques sont apparentes et demanderont donc un entretient rĂ©gulier (nettoyage et graissage). Elles sont d’une prĂ©cision tout Ă  fait correcte et tiennent bien l’accord.
Par contre le rĂ©glage du manche Ă  la livraison n’Ă©tait pas terrible, les cordes aiguĂ«s frisant Ă  la première case. Un petit relâchement du truss rod a rĂ©solu le problème, mais c’est Ă©videment une manipulation qui demande un peu d’expĂ©rience.
Les extrémités des frettes sont correctement polies, mais sans plus.
Le manche est assez Ă©troit (largeur au sillet 41 mm) et le profile “soft V” confortable (Ă  mon goĂ»t Ă©videment).  L’accès aux aiguĂ«s est par contre forcement un peu compliquĂ© du fait de la caisse, de la jonction du manche Ă  la 12ème case et de l’absence de pan coupĂ©.
Le chevalet est compensé.

La projection sonore (le volume sonore) est excellente, avec comme prévue peu de basses et beaucoup de médiums bien dynamiques.
La bonne surprise est le son pour mon jeu de blues qui est vraiment très intĂ©ressant, que ce soit en strumming, en solo ou en picking. C’est en fait une demi-surprise, car si j’ai choisi une Parlor c’est entre autres parce que ces guitares sonnent normalement bien pour le blues, mais par rapport au prix, elle sonne vraiment très-très bien. Cela en fait plus qu’un instrument d’Ă©tude ou de voyage: cette guitare est devenue  pour moi un instrument de base pour le blues acoustique, mĂŞme si elle reste limitĂ©e pour l’accès au aiguĂ«s et le jeu au bottleneck.

Cette Parlor est une bonne guitare d’Ă©tude, de voyage ou pour enfant. Et c’est en plus un instrument de caractère pour le blues acoustique; une vrai petite blues box pour le son et le look.

Höfner Violin Bass – CT – Gold Top

Dimanche, janvier 22nd, 2012

Cette basse est une des nombreuses déclinaisons du modèle 5000/1 sorti pour la première fois en 1956 et rendu célèbre par Mac Cartney.

Actuellement, il existe principalement trois classes de la Violin :

  1. Ignition qui est l’entrée de gamme;
  2. Compemporary qui est le modèle nous intéressant ici;
  3. Vintage (58, 61 ‘cavern’, 62, 64) qui sont des rĂ©pliques des modèles historiques.

Contrairement aux autres Violin, la Comtemporary a une poutre centrale qui améliore la rigidité, la solidité et le sustain de l’instrument. Du coup, ce n’est évidemment plus une hollowbody mais une semi-hollowbody, contrairement au modèle historique, et le son est légèrement différent.

Hofner Violin Bass - CT - Gold Top

Cette finition Gold Top, (table scintillante, fond et éclisse flammés) est très réussie et impeccablement réalisée. C’est une édition spéciale et limitée.

Comme toute les Violin, elle a un manche court, assez étroit, et c’est une basse très légère. Ceci rend sa prise en main aisée pour les petites mains ou pour les guitaristes. Elle est aussi très cool pour jouer au plectre des riffs en double-stop.

Il y a aussi une frette zéro.

Les mĂ©caniques n’ont pas l’air très costaudes et Ă©tait assez dures. Mais après un petit coup d’huile, elles sont devenues très souples.

Si l’électronique de contrôle est assez inhabituelle, elle est cependant standard pour les Violin: il y a un potard de volume par micro, un switch on/off par micro, et un switch rythm/solo qui agit sur le volume général. Pas de contrôle de tonalité donc.

Les micros Hofner Staple Nickel sont des humbuckers au son lourd et velouté.

Beaucoup d’utilisateurs recommandent de monter des cordes à filets plats. Personnellement je n’ai pas aimé, et j’ai remis des cordes à filets ronds.

Si je garde ma Jazz Bass pour le blues et les arrangements jazzy, j’enregistre actuellement tous mes rock’n’roll de avec cet instrument.

En conclusion, cette Violin Bass HCT500/1 GT Contemporary est un instrument pas forcément très polyvalent, mais qui envoie sévère pour le rock’n’roll, la pop, voir le reggae (que je pratique peu, mais Robbie Shakespeare en semble très satisfait).

Quelques liens:

Steamroller Blues

Dimanche, mars 20th, 2011

Une petite vidéo avec la Godin 5th Avenue Kingpin II (unpluged):

YouTube Preview Image

Godin 5th Avenue CW Kingpin II

Vendredi, octobre 15th, 2010

Godin 5th Avenue CW Kingpin IIRecherchant une guitare de jazz pour un prix raisonnable, j’ai acheté cet instrument. Voici donc une petite revue après trois semaines d’utilisation.

DĂ©jĂ , elle est vraiment magnifique (couleur Bourgogne en ce qui me concerne).
Il n’y a rien à redire sur la finition, c’est impeccable.

Petite particularité, elle est montée avec des boutons pour straplock Shaller, mais la pièce côté sangle n’est pas fournie. C’est apparemment le cas de toutes les Godins

Le manche est confortable, mais les cordes d’origine sont bof, bof, et ça vaut la peine de les changer.
C’est une configuration jazz traditionnel, 12–52, le sol avec filet, radius très plat.

Il faut se rappeler que la Kingpin I (à un seul micro) est une sorte de copie de la Gibson ES 125. La CW Kingpin II rajoute un cutaway pour faciliter l’accès aux aiguës et un second micro au chevalet.

Elle est très légère et de plus assez bien équilibrée (ce qui n’est pas toujours le cas des hollowbodies).

Elle est véritablement utilisable en acoustique.
Par rapport à une caisse complète il y a naturellement moins de projection et moins de basses, mais le son est bien défini et assez brillant. Le son serait certainement plus mat avec des filets plats que j’essayerai un jour, mais pour l’instant je l’ai monté en filets ronds. Elle sonne un peu comme la guitare Parlor de Robert Johnson ;-)

En électrique, c’est délicieux. Je dois quand même dire que je suis un fan des micros P90 et que ceux-ci sont vraiment excellents!
Le micro manche est velouté à souhait, le micro chevalet crunche assez vite. Les notes restent bien définies dans toutes les fréquences.

Le sustain est correct sans plus (il est de l’ordre de celui de ma telecaster 52), ce qui est somme toute assez logique pour une guitare très légère.
Par contre il reste toujours homogène : lorsqu’on joue un accord, toutes les notes s’atténuent à la même vitesse.

Evidement il faut faire attention au larsen. Je ne joue pas trop fort (sur Badcat Hotcat 15 W sans être à fond, ou sur Pignose), mais quand j’enclenche la BigMuff, ça part en feedback dés que j’arrête de jouer, même avec les cordes bloquées.

Mon principal problème pour l’instant, est le manque d’habitude Ă  jouer mon rĂ©pertoire “Ă©lectrique” sur des cordes 12-52. Les bends et les vibratos demandent de l’entraĂ®nement.
C’est une question de travail, et je ne vais sûrement pas monter de cordes moins dures, car à priori la précision du son tient en partie à la tension des cordes.
Petit avertissement à ceux qui voudrait quand même monter des cordes plus souples :
des cordes avec un tirant plus faible entraînent normalement un sol sans filet, ce qui implique une autre compensation de l’intonation, donc un changement de chevalet. Et trouver un chevalet flottant adapté à la courbure de la table n’est pas évident. Il faudra probablement le faire fabriquer sur mesure.

J’ai acheté cette guitare pour retrouver des sonorités jazzy sur certains blues, mais la bonne surprise, c’est que grâce au second micro elle s’avère aussi très percutante pour le rock’n’roll.

Et tout ça fabriqué à la main au Canada pour le prix d’une asiatique! Je ne sais pas comment ils font !?

Voir aussi: